Eucharistie

Une école de vie

Attitudes intérieures

Cliquez sur l’article de votre choix


L’AMOUR DONNE SENS AUX EXIGENCES

Si l’on donne au mot « religion » le sens de lois ou d’exigences, le christianisme auquel j’adhère ne relève pas de cette catégorie. Religion, du latin religio, signifie VÉNÉRATION, c’est-à-dire un respect fait d’adoration. Pour mieux saisir la nuance de mes propos, je dirais que sans AMOUR, la religion n’est pas du tout la religion.

La logique de l’amour

L’accueil et le don, caractéristiques essentielles de l’amour, donnent sens aux exigences. Par exemple, un père ou une mère est prêt à tout pour son enfant. Le gouvernement, pour nous inciter à appliquer les exigences sanitaires pendant la pandémie, nous dit de maintes façons de le faire pour nos proches, pour les personnes qu’on aime.

La religion n’invite pas aux sacrifices débilitants. Non, elle laisse place simplement à l’ouverture à l’autre, certes avec toutes ses difficultés et ses exigences, mais surtout avec le BONHEUR d’être solidaire. La religion a pour fonction de relier, à commencer par les rapports de l’âme humaine avec le sacré.

L’écoute et l’attention

L’attitude de vénération s’appuie sur l’écoute et l’attention. Dans la vénération, c’est l’autre qui attire mon admiration. Par conséquent, je me donne les moyens pour l’atteindre et y correspondre. Voici un exemple bien terre à terre pour comprendre ce principe. Parce que la course à pieds m’attire, je m’impose avec plaisir une discipline, des règles et des outils pour y parvenir (repos, alimentation, environnement, espadrilles). C’est d’abord et avant tout une question de « désir ».

Se placer sur la bonne fréquence

Comme l’a défini Alexander Graham Bell en 1881, le terme radio est une « abréviation de radiophonie, construit sur radius, rayon, et phonie, son. » (Cf Dictionnaire Bordas, Citations de la langue française, de Jean Prévost, 2007, page 457)

Par analogie, la religion m’amène à me placer sur la même longueur d’onde, certes de Dieu, mais aussi de  ceux et celles qui m’entourent pour entendre leurs sons (c’est-à-dire la richesse de leur vie).

À l’Eucharistie, NOUS SOMMES EN ONDE.

Pierre Blanchette
le 10 février 2021

L’ACCOMPLISSEMENT

Susciter l’intérêt

Comme enseignant, j’ai rapidement compris au début de ma carrière que l’apprentissage ne se fait pas par l’imposition d’un contenu, mais plutôt en mettant en place un contexte qui suscite l’intérêt de l’élève.

Par exemple, l’enfant apprend d’autant plus rapidement à marcher s’il désire parcourir et découvrir un environnement qui le captive. Mon père, fin conteur âgé de 91 ans, aime bien rappeler que son plus lointain souvenir remonte à l’âge d’un an. Son propre père, Lucien, se tenait à une distance de quelques mètres de lui avec un verre de lait en main. C’est là, nous dit-il, qu’il a appris à marcher.

Favoriser l’éveil

Susciter l’intérêt, c’est favoriser l’éveil, c’est mettre en place les conditions pour répondre à nos besoins.

Le besoin d’accomplissement

Selon la pyramide de Maslow, le besoin en tête de liste est celui de « l’accomplissement ». L’objectif de l’accomplissement est de réaliser ce que l’on aime. Tu aimes l’ébénisterie, ton besoin d’accomplissement sera de fabriquer des meubles. Tu aimes la cuisine, ton besoin sera d’inviter tes proches à dîner. Tu aimes la course à pieds, ton besoin d’accomplissement sera de participer à un marathon. Ce besoin est suivi de très près par celui d’aimer et d’être aimé. En effet, une existence vécue dans l’isolement et l’indifférence bloque l’élan intérieur nécessaire à la créativité.

Notre ADN

Selon cette logique inscrite dans notre ADN (physiquement, biologiquement et humainement), on peut mieux saisir toute la grandeur de l’Eucharistie. Par la communion librement consentie à la Parole et au Pain de Vie, Dieu nous éveille à son existence et à son dynamisme.

Dans sa substance même, Dieu est AMOUR PUR ET DÉSINTÉRESSÉ.

Aimer et être aimé inconditionnellement, n’est-il pas le meilleur moteur à l’accomplissement?

Pierre Blanchette
le 5 février 2021

L’ENTHOUSIASME

L’âme enthousiaste

« L’âme enthousiaste, grande, belle, embellit, agrandit, divinise tout ce qu’elle touche. » (Henri-Frédéric Amiel (1847-1883), citation rapportée dans le Dictionnaire Bordas, Citations de la langue française, de Jean Prévost, 2007, page 215).

Le silence, la méditation et la prière, soutenus par une respiration profonde et consciente, sont des moyens pour faire le vide en soi, d’aller à sa propre rencontre. (Je m’inspire ici du livre du Dr Daniel Dufour, Les tremblements intérieurs, Les Éditions de L’homme. 133 pages.)

Être inspiré par la divinité

Le mot enthousiasme a comme racine grec « enthousiasmos, transport divin, du verbe enthousiazein, être inspiré par la divinité. » (cf Dictionnaire Bordas déjà cité, page 223).

Pas surprenant que les célébrations eucharistiques soient ponctuées de temps de silence, notamment au moment de l’action de grâce après la communion.

Notre union au Christ par la Parole et le Pain de Vie serait-elle un moment unique de transport divin?

Pierre Blanchette
le 6 février 2021

LA FORCE DE L’IDÉAL

Le bonheur, c’est d’avoir un but qui ne soit pas notre moi. C’est prouver biologiquement, nous pouvons sécréter de la sérotonine, l’hormone du bonheur, en nous ouvrant à des expériences positives (prise de parole réconfortante, expérience amoureuse, pièce musicale, randonnée en montagne, repas entre amis, soutien mutuel dans l’épreuve).

Un but ultime qui n’est pas « moi-moi-moi » porte le nom d’idéal. La foi et la prière sont les meilleures porteuses des plus grands idéaux. Elles nous ouvrent à la puissance intérieure de l’être, là où l’amour atteint sa véritable puissance.

Le calme et le silence permettent cette descente dans l’univers intérieur. L’âme, fortifiée en Dieu, y découvre l’amour avec tous ses attributs (ouverture, pardon, solidarité, accomplissement, rayonnement).

Notre être devient alors attractif. « Amour attire amour » (Sainte Thérèse d’Avila). L’échange mutuel des dons reçus a un effet direct sur le Corps Mystique du Christ. « Si tu savais le don de Dieu… »

Pierre Blanchette
le 23 février 2021

LA LUMIÈRE DE CETTE VIE

Pendant mes études secondaires, alors que j’étais pensionnaire au Séminaire de St-Hyacinthe, j’aimais me retrouver dans la chapelle de style gothique. À cette époque, ce n’était pas la démarche religieuse qui m’attirait dans ce lieu, mais plutôt le style, les matériaux, la luminosité et la paix qui s’en dégageaient. Cinquante plus tard, ayant parcouru un cheminement de foi, j’y repense avec une douce nostalgie en étant bien conscient qu’une lumière (hors de moi) m’y attirait.

Je compare aujourd’hui mon corps biologique à cette chapelle. Mes cinq sens sont comme des vitraux qui laissent passer la lumière, soit de l’extérieur vers l’intérieur (quand l’environnement m’interpelle) ou de l’intérieur vers l’extérieur (quand je suis animé d’enthousiasme).

Au centre du sanctuaire, il y a l’autel semblable à l’âme qui habite le cœur. Les voûtes élancées vers le ciel représentent les aspirations les plus profondes qui s’extériorisent.

Adorer pour adhérer

Depuis plus de 10 ans, je visite régulièrement la chapelle du monastère Val-Notre-Dame à St-Jean-de-Matha (sauf pendant la période de la pandémie mondiale). Derrière le chœur, face aux bancs des visiteurs, le mur extérieur est constitué d’une immense fenêtre qui donne sur la montagne.

Être devant l’autel dans cette chapelle, c’est être attiré ailleurs.

Mes temps d’adoration me rendent conscients de la vie dans laquelle je suis immergée. Tout m’invite à ne pas séparer prière et engagement. Adorer devient pour moi adhérer.

Pierre Blanchette
le 8 février 2021

LA PLUS HAUTE FORME DE LEADERSHIP

Être communicatif, accessible et dévoué sont, avec raison, des atouts reconnus. Pas étonnant que la publicité nous présente tant de visages rayonnants.

Du chic type au modèle

Un « type », par définition, est constitué de traits particuliers, alors qu’un « modèle » donne à ces traits une forme d’attraction. On a toujours le goût de suivre ou d’adopter un modèle. Son influence transforme notre propre réalité. Mais ATTENTION au modèle fusionnel. Il ne faut pas croire trop vite au paradis retrouvé. Un modèle authentique, au contraire, propose des pistes, accompagne l’autre dans son cheminement.  Et surtout, ce qui peut paraître controversé dans un monde où prime l’ÉGO, le modèle authentique se place en situation de « service » (à ne pas confondre avec servile).

Une évidence : on est attiré par ce qui nous rejoint

Un personnage politique aurait beau prononcer des discours élogieux, si les mesures qu’il met en place ne nous aident pas concrèetement, l’impact de son message sera de moindre importance. Les relations entre deux personnes d’un même quartier passent du bon voisinage à l’amitié à partir du jour où l’entraide s’établit entre eux.

La paix se reconstruit à chaque 24 heures

(Louis-Marie Parent, O.M.I.)

Louis-Marie Parent (1910-2009), fondateur de deux instituts séculiers, les Oblates missionnaires de Marie Immaculée et les Voluntas Dei, a basé sa vie et son enseignement sur une spiritualité simple et dynamique fondée sur cinq points. L’un d’eux était « ÊTRE DE SERVICE », c’est-à-dire orienter sa vie vers les autres.

Le leader-serviteur

Cette expression, de plus en plus utilisée dans le domaine de la gestion, se base sur le service comme trait d’union entre les personnes d’une même organisation. Jésus savait cela bien avant aujourd’hui. À la dernière cène, rencontre la plus formelle de sa vie avec ses proches collaborateurs, il lave les pieds de chacun. À son époque, ce geste était posé uniquement par les serviteurs de la maison. Lui que l’on qualifiait de « MAÎTRE » a donc exercé un acte en dehors des conventions. « Celui qui est le plus grand, se fait le plus petit de tous. Il leur lave les pieds, pas simplement les mains. Le Seigneur se fait le Serviteur de tous. C’était déjà visible dans le geste de son offrande sous la forme du pain et du vin et dans ses paroles : « Ceci est mon corps livré pour vous ». (Cf EUCHARISTIA, encyclopédie de l’Eucharistie, sous la direction de Maurice Brouard S.S.S., Les Éditions du Cerf, 2002, page 11).

Doit-on comprendre que notre participation à l’Eucharistie nécessite et a comme impact l’amour manifesté par des gestes concrets? Les gestes d’amour les plus transformateurs ne sont-ils pas ceux qui relèvent du « service »?

« Aime ton prochain comme toi-même. »

La nuance est importante. Servir les autres ne doit pas se faire au détriment de soi. Je l’ai déjà exprimé : ATTENTION à l’amour fusionnel. Je m’explique. Il ne s’agit pas de se perdre, de s’anéantir dans le service des autres. Ce serait manquer de respect envers soi. Un ami, le père Yves Girard, moine cistercien auteur de plusieurs livres de spiritualité, a déjà dit en conférence cette idée que je reprends en mes mots. Le bien qui fait du bien se fait par le rayonnement de ce que l’on porte déjà en soi. 

Un phénomène hors du commun

Avec le regard de la foi, l’Eucharistie nous fait « réellement » entrer dans le rayonnement de la mort-résurrection du Christ. Les effets toujours actuels de cette puissance illuminent notre quotidien de gestes d’amour, parfois aussi simple qu’un sourire, une parole réconfortante, une écoute empathique.

Pierre Blanchette
le 2 février 2021

LA PRIÈRE, UNE FORCE AGISSANTE

Qui n’a pas des zones d’ombre?

Les pensées négatives, parfois persistantes, en plus d’être contagieuses, polluent notre existence.

« Comme il n’y a rien sans son contraire », le processus peut être renversé. La prière contient cette force. Par l’échange entre notre âme et Dieu, on s’ouvre à un torrent de bénédictions (abondance, bienfait, don). 

Le « moi-moi-moi » cherche à nous en dissuader. S’y opposer de front est parfois peine perdue. Donnons plutôt la parole à notre âme par la prière. Elle saura bien agir. N’a-t-elle par pour fonction de tendre vers Dieu comme une fusée?

Pierre Blanchette
le 23 février 2021

LE CHANGEMENT, PRINCIPE DE CROISSANCE

Les chaussures ne grandissent pas

J’ai eu de la tristesse, vers l’âge de 4 ans, quand je pris conscience pour la première fois que je devais changer de chaussures. Je m’étais attaché à mes bottines. Mon corps grandissait tandis que mes souliers demeuraient les mêmes.

Mon père Me dit alors qu’il allait m’acheter des « running shoes », vous savez ces espadrilles de toile avec deux trous d’aération de chaque côté. Il me dit avec conviction que j’allais courir plus vite. En effet, de retour de la boutique de souliers, rue des Cascades à St-Hyacinthe, quelle ne fut pas ma joie de constater qu’effectivement je courais plus rapidement.

En réalité, les pauvres « running shoes » n’y étaient pour rien, si ce n’est que d’avoir été l’occasion du déploiement de mon énergie. Mon père, à travers une pédagogie adaptée à mon âge, avait suscité mes propres forces internes d’adaptation au changement.

En sortant du nid, l’oiseau apprend à voler

« Même avant qu’ils n’y soient prêts, Jésus donna à ses coéquipiers le mandat d’agir en son nom. Lorsqu’il leur délégua le pouvoir d’aller guérir les malades et de ressusciter les morts, il a sûrement marché de long en large en se demandant comment ils se débrouilleraient. Ils revinrent avec des récits de réussite, mais aussi d’échec qu’ils n’arriveraient pas à comprendre… Il leur a quand même confié des mandats qu’ils remplirent avec compétence. » (cf le livre de Laurie Beth Jones, Jésus, P.D.G. de l’an 2000, Éditions Le Jour, 1996, page 201).

La croissance est un évènement

D’abord, précisons que la présence de Dieu exige une réponse totale si on croit qu’il est réellement présent dans notre vie. Dieu a un programme pour chacun.

Ensuite, sachons que le développement spirituel est un processus. La croissance est nettement le travail de toute une vie.

Soutenu par une vision, une perspective

Je rends hommage à toutes les personnes qui ont fait de la « transmission » une valeur. Je pense notamment à tous les prédicateurs de ce monde qui s’efforcent de nous accompagner, non pas en dictant des règles précises, mais en préconisant les ressources nécessaires à la croissance humaine et spirituelle.

Leur fonction est fort délicate. Leur parole doit libérer l’esprit, non l’abattre.

« Cherches-tu Dieu? Cherche-le à l’intérieur de toi-même et monte à travers toi-même. » (Saint-Augustin)

Le prédicateur peut certes éclairer la route, mais c’est à chacun de s’engager sur le chemin de son propre développement. Cela, personne d’autres peut le faire à notre place.

Pierre Blanchette
le 4 mars 2021

LE RAYONNEMENT DE LA PAROLE

Dans la liturgie, la compréhension de la Parole de Dieu passe en partie par la parole du prédicateur, ce qui interpelle d’autres paroles à rayonner, celles de la communauté rassemblée. La Parole de Dieu, se perpétuant ainsi depuis des milliers d’années, fait d’elle une inépuisable richesse.

Nos rapports avec la vie change à mesure que nous avançons. Pour éclairer notre route, nous avons besoin de l’expérience des autres et de la sagesse de l’humanité. Pour le croyant, la Parole sans âge du Christ est d’un apport exceptionnel.

(…) le Saint-Esprit qui sanctifie le Peuple de Dieu par les sacrements et le ministère accorde en outre aux fidèles des dons particuliers (cf 1 Cor, 12,7) les « répartissant à chacun comme il l’entend » (cf 1 Cor, 12,11) pour que tous et « chacun selon la grâce reçue se mettant au service des autres » soient eux-mêmes comme de bons intendants de la grâce multiforme de Dieu » (1 Pierre 4,10), en vue de l’édification du Corps tout entier dans la Charité (cf Ép 4,16) (Source : Vatican II, Les seize documents conciliaires, Texte intégral, Fides, Montréal, Paris, 1967, page 398).

Nous portons tous une richesse intérieure, mais il arrive que par la limite de nos moyens extérieurs, nous ayons du mal à l’exprimer. Voyons notre vie comme un acheminement vers la Sagesse par le soutien mutuel. Sinon, à quoi bon!

Pierre Blanchette
le 20 février 2021

SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT

Des ressources inexploitées

Nous avons tous un potentiel inexploité qui sommeillent en nous. La sortie de notre zone de confort suffit à le faire émerger. À titre d’exemple. Il est fréquent de constater qu’en temps de crise ou de maladie, des gens manifestent une capacité de résilience qu’il ne soupçonnait pas posséder. Et, surprise, cette capacité les conduit sur des chemins neufs.

Pierre Blanchette
le 4 mars 2021

TRANSFORMER LE MONDE AVEC 26 LETTRES

Les 26 petites lettres de l’alphabet, selon la façon dont elles sont agencées et les attitudes avec lesquelles elles sont exprimées, suffisent à changer le monde.

Le langage est quelque chose de tellement fondamental que son apprentissage fait partie des rudiments de toute éducation. Même avant d’apprendre à marcher, l’enfant prononce le mot « maman ».

Le langage libère

La parole relie et rend autonome. Elle est à la base de tout développement. Pas étonnant que la lecture et l’écriture soient nettement priorisées au cours des premières années de scolarisation. Par la communication, nous avons entre les mains une puissance insoupçonnée. « Le plus grand des crimes, c’est de tuer la langue d’une nation avec tout ce qu’elle renferme d’espérance et de génie. » (Charles Nodier, 1832, citation rapportée dans le Dictionnaire Bordas, Citations de la langue française, de Jean Prévost, 2007, page 328).

Mise en garde

Malheureusement, certaines paroles peuvent aussi devenir un outil pour exprimer la haine et le contrôle. Quand on souffre d’un manque d’amour pour soi-même ou d’un égo disproportionné, les mots peuvent blesser.

Bilan positif : « Le Verbe s’est fait chair. »

Heureusement, la parole soigne et guérit les peurs et les angoisses, la parole encourage, écoute et accompagne. Dieu, dans la personne de Jésus, a donné des pieds et des mains à sa parole. Il l’a rendu VIVANTE, concrète.

L’énergie de la personne qui aime est contagieuse. On possède tous un radar naturel pour le détecter. Le meilleur radar pour capter l’attention créative de Dieu à travers sa Parole, c’est la prière. L’évangile entendu, médité et commenté est un élément incontournable de santé spirituelle avec tout ce que cela comporte de répercussions positives sur la santé physique et mentale.

Pierre Blanchette
le 7 février 2021

©  Tout droits réservés. DondeDieu.org

Merci sincères à nos donateurs :

Fonds Roland-Leclerc

En haut